UDPS: du boycott au cavalier solitaire

Ce parti politique historique de la RDC s’est toujours distingué lors des échéances électorales organisées dans ce pays depuis 2006.

Après des négociations organisées à Sun City en terre sud africaine et une transition de plus trois ans où participaient les belligérants (rebelles et gouvernement congolais), la société civile et l’opposition non armée, le 30 juillet 2006 les congolais vont aux urnes pour la toute première fois pour participer à des élections libres depuis l’accession de leur pays à l’indépendance. L’UDPS par le biais de son président Etienne TSHISEKEDI va appeler au boycott en déclarant que le vote était truqué d’avance en faveur du candidat Joseph KABILA, mais 25,6 millions d’électeurs iront voté, et l’appel de l’UDPS ne fût qu’un coup de couteau dans l’eau. Ce vote va voir  la victoire de Joseph KABILA sur son principal challenger Jean-Pierre BEMBA leader du MLC après le second tour.

En 2011, deuxième scrutin électoral organisé en RDC, l’UDPS décide cette fois de participer avec son leader maximo Etienne TSHISEKEDI. L’opposition tente de s’unir autour d’une candidature unique afin de battre le président KABILA. A cette époque, deux partis d’opposition sont plus en vue: l’UDPS d’Etienne TSHISEKEDI et l’UNC de Vital KAMERHE, mais les deux ne parviennent pas à accorder leurs violons, Etienne TSHISEKEDI déclare alors: »Je n’ai pas lutté durant plus de 30 ans pour laisser ma place à quelqu’un d’autre ». L’opposition congolaise va aux élections en ordre dispersé et comme en 2006, KABILA est réélu président de la RDC bien que sa victoire est contestée.

Nous voilà en 2018, les congolais sont encore une fois appelés aux urnes pour les élections générales. Elections prévues au 23 décembre de cette année, après deux reports de 2016 et 2017, l’UDPS est présent cette fois-ci conduit par le Felix TSHISEKEDI qui a succédé à son père après la mort de ce dernier. Comme à son habitude l’UDPS s’est déjà fait remarqué, alors qu’il était parti signataire de l’accord de Genève lequel a été conclu entre 7 regroupements politiques de l’opposition en vue de présenter un candidat commun le jour J. Felix TSHISEKEDI va retirer sa signature au nom de l’UDPS de cet accord du 11 novembre 2018 24 heures après soit le 12 novembre 2018. Notons que cet accord avait porté Martin FAYULU comme candidat de la coalition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *