RDC: d’autres victimes de sévices témoignent contre l’ANR

Un bus public Transco à Kinshasa.

Suite du procès pour torture qui implique l’Agence nationale des renseignements. Deux autres victimes sont venues témoigner au tribunal pour dénoncer les pratiques inhumaines qui sont enregistrées durant le mandat de l’actuel directeur provincial de l’ANR Tanganyika. Des révélations troublantes qui corroborent la résurgence de la torture dans plusieurs provinces où les responsables de l’ANR recourent à des simples collaborateurs extérieurs leur faisant jouer le rôle d’OPJ.

Pierre Kyungu, 66 ans, a été arrêté et flagellé pour avoir déposé un document au domicile du directeur de l’ANR de la province du Tanganyika. Accusé de contrefaçon de monnaie, Bob Kongolo, la trentaine, a reçu pour sa part 50 coups de fouet. En plus, il a dû payer 1000 dollars pour sa libération.

Ce deuxième témoin se trouve être le compagnon de Ghislain Kabwe, l’homme qui a été retrouvé agonisant après une séance de tortures particulièrement atroces dans les locaux de l’ANR à Kalemie.

Au même moment, à plus de 2000 km de Kalemie, à Kinshasa, un autre scandale de violations des droits humains est signalé dans l’entreprise publique Transco. Sur les réseaux sociaux, on voit des travailleurs poings et pieds liés en train de subir des sévices corporels pour avoir, semble-t-il, soutiré du carburant destiné aux engins affectés aux transports publics. Indigné par ce spectacle, le ministre des Droits humains André Lite dit avoir saisi le parquet de la Gombe pour ouvrir un dossier judiciaire.

Le ministre reconnait l’accumulation des cas de violation des droits humains à travers le pays. Pour André Lite, toutes ces pratiques inhumaines préoccupent le gouvernement. 

source: http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200618-proc%C3%A8s-anr-rdc-autres-victimes-s%C3%A9vices-t%C3%A9moignent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *